• JACQUES ANCET

    Né le 14 juillet 1942 à Lyon. Etudes secondaires et supérieures dans cette même ville. “Lecteur” de français à l’Université de Séville, puis agrégé d’espagnol. A enseigné pendant plus de trente ans dans les classes préparatoires aux Grandes Ecoles littéraires et commerciales à Annecy où il réside. Un colloque sur son travail d’écrivain et de traducteur, organisé par l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, s’est tenu le 22 et 23 octobre 2010. Docteur Honoris Causa 2016 de l'Université Catholique de Louvain-La-Neuve.

    BIBLIOGRAPHIE

    Poèmes

     


    Le Songe et la blessure, Plein Chant, 1972 & 1974 (épuisé, repris dans Le Jour commence)                                                              
Silence corps chemin,  Ed. Thomas, 1973 & 1975, Mont Analogue Editeur, 1996, épuisé, repris dans Le Jour commence             L'Autre pays, Plein Chant, 1975 (épuisé, repris dans Le Jour commence)                                                                                         Courbe du temps, Genève 1975 (épuisé, repris dans Le Jour commence)
                                                                                           Avant l'absence, Eliane Vernay, Genève, 1979 (épuisé, repris dans Le Jour commence)
                                                                 Lisières, Dominique Bedou, 1985 (épuisé)
                                                                                                                                                   De L'obstinée possibilité de la lumière, Eliane Vernay, Genève, 1988                                                                                                 Sous la montagne, Messidor, 1992 (épuisé)                                                                                                                                                
Le Bruit du monde, Paroles d'aube, 1993 (épuisé)                                                                                                                                     
La Chambre vide, Lettres Vives, 1995.
                                                                                                                                                      A Schubert et autres élégies, Paroles d’Aube, 1997 (épuisé)                                                                                                  
L'Imperceptible, Lettres Vives, 1998.
                                                                                                                                                      Vingt-quatre heures, l’été, Lettre Vives 2000.
                                                                                                                                               La Cour du cœur, Tarabuste 2000.                                                                                                                                                              
Le Jour n’en finit pas, Lettres Vives, 2001.                                                                                                                                                 
On cherche quelqu’un, Dana, 2002.
La Brûlure, Lettres Vives, 2002.                                                                                                           La Brûlure, Lettres Vives, 2002.
    Le Fil de la joie, La Porte, 2003.                                                                                                                                                                   
La Dernière phrase, Lettres Vives, 2004.
    Sur le fil, Tarabuste, 2004.                                                                                                                                                                           
Un Morceau de lumière¸ Voix d’encre, 2005.
                                                                                                                                      Diptyque avec une ombre, Arfuyen, 2005.
    L’Heure de cendre, Opales, 2006.
    Entre corps et pensée, Anthologie d’Yves Charnet, L’idée bleue/Ecrits des Forges, 2007.
    Journal de l’air, Arfuyen, 2008.
    L’Identité obscure, Lettres Vives, 2009.
    Puisqu’il est ce silence, Lettres Vives, 2010.
    Les morceaux de l’image, avec Colette Deblé, Ficelle, 2010.
    Chronique d’un égarement, Lettres Vives, 2011.
    Portrait d’une ombre, Po&psy/Erès, 2011.
    Comme si de rien, L’Amourier, 2012.
    Les Travaux de l’infime, Po&psy « in extenso »/Erès, 2012.
    Ode au recommencement, Lettres Vives, 2013.
    La Lumière et les cendres, Caractères, 2014, poème.
    Debout, assis, couché, La Porte, 2014, poème.
    Le Jour commence, Tarabuste, coll. Reprises, 2015, poèmes.
    Huit fois le jour, Lettres Vives, 2016, poème.
    L'Âge du fragment, Æncrages et Co, 2016, chronique.
    Petite suite pour jours obscurs, Les Arêtes éditeur, 2017, poèmes.
    Quelque chose comme un cri,  Po&psy « in extenso »/Erès, 2017, tweets.
    Voir venir, Laisser dire, La Rumeur libres, 2018, poèmes.

    Proses


     

    Obéissance au vent
  

     

    I   —  L'Incessant, Textes/Flammarion, 1979, rééd. publie.net, 2014, publie.papier, 2016.
    II  — La Mémoire des visages, Flammarion, 1983 Textes/Flammarion, 1983, rééd.publie.net, 2014, publie.papier, 2016.
                         III — Le Silence des chiens, Ubacs, 1990, rééd. publie.net, 2009, publie.papier, 2012, 2016.
                                                                   IV — La Tendresse, Mont Analogue Editeur, 1997, rééd. publie.net, 2011, publie.papier, 2012, 2016.

     


    Le Dénouement, Opales, 2001, réed. éditions publie.net, 2017.                                                                                                            
Image et récit de l’arbre et des saisons, André Dimanche, éditeur, 2002, réed.  publie.net, publie.papier 2019.
    La Ligne de crête, Tertium éditions, 2007.

     

    Théâtre

     


    Au pied du mur, Polyglotte, 2014.


    Essais

     

    Luis Cernuda, Poètes d'Aujourd'hui, Seghers, 1972 (épuisé)                                                                                                                  
Neuf poètes espagnols du vingtième siècle, Plein Chant, 1975 (épuisé)                                                                                                
Entrada en materia (anthologie de José Ángel Valente), Cátedra, Madrid, 1985.
                                                                                       Un Homme assis et qui regarde, Jean-Pierre Huguet, 1997.
                                                                                                             Bernard Noël ou l’éclaircie, Opales, 2002.
Chutes I, II, III ,  Alidades  2005  , .
    La Voix de la mer, publie.net, 2008.
    L’Amitié des voix
        I  — Les Voix du temps, publie.net 2009.
        II — Le Temps des voix, publie.net, 2009.
    Chutes IV, Alidades,
    Les livres et la vie, Editions centrifuges, 2015.

    Prix de poésie Charles Vildrac de la Société des Gens de Lettres et Prix Heredia de l’Académie Française, 2006, Prix Apollinaire, 2009, Plume d'or 2013 de la S.A.S.

    Traductions


    LUIS CERNUDA : Les plaisirs interdits, Fata Morgana, 1981; Un fleuve un amour, Fata Morgana, 1985; Ocnos, Les Cahiers des Brisants, 1987 — VICENTE ALEIXANDRE: La destruction ou l'amour, Fédérop, Lyon, 1975 & 1977  —JOSÉ ÁNGEL VALENTE: L'innocent suivi de Trente-sept fragments, Maspéro, 1978; Trois leçons de ténèbres, Unes, 1985; Material Memoria, Unes, 1985; Intérieur avec figures, Unes, 1987; L'éclat, Unes, 1987; La pierre et le centre, Corti, 1991; La fin de l'âge d'argent, Corti, 1992; Au dieu sans nom, Corti, 1992; Mandorle, Unes, 1992; Paysage avec des oiseaux jaunes, Corti, 1994; Chansons d'au-delà, Unes, 1995; Lecture à Ténérife, Unes, 1995, Variations sur l’oiseau et le filet, Corti, 1996, Personne, Myriam Solal, 1997, Trois Leçons de ténèbres, suivi de Mandorle et l’éclat, Poésie/Gallimard, 1998; Communication sur le mur (entretien avec Antoni Tàpies), Unes, 1999 ; Treize poèmes, Dana, 2001 ; Fragments d’un livre futur, Corti, 2002 ; Présentation et mémorial pour un monument, Dana, 2002, Fragments brisés, anthologie d’Andrés Sánchez Robayna, Consejería de Educación, Embajada de España en Francia, París 2007. —  ALEJANDRA PIZARNIK: L'autre rive, Unes, 1983; A propos de la comtesse sanglante, Unes, 1999, Cahier jaune, Ypsilon Editeur, 2012,  L’enfer musical, Ypsilon Editeur, 2012, Extraction de la pierre de folie, Ypsilon Editeur, 2013, Les Travaux et les Nuits, Ypsilon Editeur, 2013, Arbre de Diane, Ypsilon Editeur, 2014, La Dernière Innocence Ypsilon Editeur, 2015, Les Aventures perdues, Ypsilon Editeur, 2015, La Terre la plus étrangère, Ypsilon Editeur, 2015 — XAVIER VILLAURRUTIA: Nostalgie de la mort, Corti, 1991 —  LUIS MIZÓN: Province perdue, trad. collective, Les Cahiers de Royaumont, 1988 ; Jardin de ruines, Obsidiane, 1992 — ANDRÉS SÁNCHEZ ROBAYNA: La roche, ed. Comp'Act, 1995 ; Sur une pierre extrême, trad. collective, Les Cahiers de Royaumont, Créaphis, 1997 ; Feu blanc¸Le Taillis Pré, 2004 ; Sur une confidence de la mer grecque, Gallimard, 2008 — ANTONIO GAMONEDA: Pierres gravées  Lettres Vives, 1996, Froid des limites, Lettres Vives ; 2000, Blues Castillan, José Corti, 2004 ; Description du mensonge, José Corti, 2004 ; Passion du regard, Lettres Vives, 2004 ; Clarté sans repos,  Arfuyen, 2006 ; Cecilia, Lettres Vives, 2006 — JEAN DE LA CROIX: Nuit obscure, Cantique spirituel et autres poèmes, Poésie/Gallimard, 1997— RAMÓN GÓMEZ DE LA SERNA: Le livre muet, André Dimanche, 1998 ; Lettres aux hirondelles et à moi-même, André Dimanche, 2006 — ROBERTO JUARROZ: Fidélité à l’éclair, Lettres Vives, 2001, Quinzième poésie verticale, Corti, 2002 — MARÍA ZAMBRANO: Poésie et philosophie¸ Corti, 2003 ; L’homme et le divin, Corti, 2006 — JUAN GELMAN: L’opération d’amour, Gallimard/Du monde entier, 1996 ; Lettre ouverte, suivi de Sous la pluie étrangère, Caractères, 2011, com/positions, Caractères, 2013, Vers le Sud, Poésie/Gallimard, 2015 — JORGE LUIS BORGES: La proximité de la mer, 99 poèmes présentés et retraduits, Gallimard/Du Monde entier, 2010 — FRANCISCO DE QUEVEDO Y VILLEGAS: Les furies et les peines, 102 sonnets choisis, présentés et traduits, Poésie/Gallimard, 2011 — ALVAREZ ORTEGA: Genèse suivi de Domaine de l’ombre, Le Taillis Pré, 2012 — PAULINA VINDERMAN, Barque noire, Lettres Vives, 2013 — LILIANA LUKIN, Calligraphie de la voix, Alidades, 2013, L'Ethique démontrée selon l'ordre poétique, Caractères, 2014 — LUIS DE GÓNGORA : Fable de Polyphème et Galatée, présentation et traduction, Poésie/Gallimard, 2016, RODOLFO ALONSO : Entre les dents, Po&psy/Erès, 2017.

    Prix de traduction Nelly Sachs 1992, Rhône-Alpes du Livre 1994 et Bourse de traduction du Prix Européen de Littérature Nathan Katz 2006, Prix Alain Bosquet de traduction, 2015, Prix Roger Caillois de traduction 2016.


    votre commentaire
  • Paulina Vinderman

     

    L'épigraphiste

     

     présentation : Jacques Ancet

    traduction  : Jacques Ancet et Cristina Madero

     

    LE TAILLIS PRÉ

     

    Chaque livre de Paulina Vinderman est comme une strophe ajoutée au long poème que constitue son œuvre entière. Après Barque noire1, L’Épigraphiste. Nulle rupture, dans la brièveté de chaque livre mais un continuum où chaque fois recommence l’exploration d’un monde dans lequel abandon, solitude, mélan- colie, douleur résonnent d’un même chant mezzo voce qui s’insi- nue et vous emporte comme celui des plus beaux tangos.
    Oui, il y a du tango dans ces poèmes. Le manque, l’absence les traverse. Et l’amour y est source d’une nostalgie étroitement liée au passé de l’enfance en même temps que d’un profond sentiment d’échec: «L’amour est mort très vite, aussi vite qu’il est venu ». Car c’est le temps qui gouverne notre vie – qui la fait et la défait, indissolublement: «Désormais mon seul père est le temps», dit Paulina Vindermann. Et telle une épigraphiste («J’écris sur mon cahier comme sur une tablette / de moine bouddhiste...»), elle s’applique à déchiffrer les traces – les ins- criptions – qu’il laisse en nous et hors de nous, chacun de ses poèmes étant ce déchiffrement même
    :

     


    Je reviens après des années, au café


    où je recueillais les empreintes du monde.


    Le garçon est là toujours, éternel dans son gilet lie-de-vin.

    La boîte aux lettres au coin de la rue, vide de tout


    excepté de moi.
Les arbres me frappent de la beauté de leur vieillesse


    (Un jour ils mourront mais je n’en serai pas témoin).

     


    Je suis venue te dire adieu, dis-je au garçon,


    qui m’interroge sur ma vie, comme un ami de plus.

    Je n’appartiens plus à ce lieu

    
(je n’appartiens à aucun, pense pour sa part

    
la mélancolie, mais je ne le lui dis pas)


    et j’écris une longue lettre sur une feuille d’agenda,

    au frère que je n’ai pas eu (ou qu’on m’a enlevé),

    tout en buvant mon café


    et je dessine des nez sur des serviettes en papier.

     


    Avant que la vraie nuit froide ne m’avale

    je laisse tomber la lettre dans la boîte.

    L’insistance de ce que je suis tient – muette –

    dans cet acte minuscule.


    Je laisse derrière un éclat ou son souvenir

                                (c’est la même chose)


    comme une lumière de fable.

     

     

     


    votre commentaire
  • VIENT DE PARAÎTRE

    Jacques Ancet 

    Laisser dire Voir venir

    La Rumeur Libre
     
     
                                                         LAISSER DIRE
     
                                                                   I
     
    On ne sait pas laisser dire. On dit ou on laisse. On ne fait pas les deux.
    La nuit, par exemple. Laisser dire la nuit. La lueur de la pierre et l’étoile.
    Laisser dire ce qu’on ne voit pas mais qu’on entend, si près qu’on l’a sur le bout de la langue.
    Quelque chose grignote les heures. On aurait cru l’inverse, mais non. On ferme les yeux. On laisse dire.

                                                                  *

    On laisse. La lumière pousse sous les yeux, la voix glisse entre les dents.
    Dehors, la beauté ressemble à une image. Mais c’est dedans qu’elle est cachée.
    Ce qu’on voit on l’écoute, mot à mot, l’inquiétude légère, la douleur,
    La montagne gonflée, rayée de vols, le temps qui vous regarde de ses pupilles vides.

                                                                  *

    On voudrait que ça ne cesse de parler. Comme des vagues, une à une,
    Qui déposeraient sur le silence tout ce qu’on n’a pas su dire, ces petits riens,
    Ce cri de la vie multiplié qu’on entend là- bas, ici, hier, demain, dehors, dedans,
    De partout et nulle part et qui vous traverse tellement que vous n’avez plus de bouche.

                                                                 *

    Laisser le jour, laisser la nuit. Laisser le temps, laisser le fil et le gravier,
    Ce qui s’approche qu’on ne voit ni n’entend. Une sorte de floraison invisible.
    C’est le printemps, dit une voix. Mais non. Ça n’a ni herbe ni fleurs. C’est à la fois
    Obscur et transparent. Un souffle sans air, un pas sans pied — va savoir.

     


    votre commentaire
  • VIENT DE PARAÎTRE

    Jacques Ancet 

    Voir venir Laisser dire

    La Rumeur Libre
     
     
                                                   LAISSER DIRE
     
                                                                I
     
    On ne sait pas laisser dire. On dit ou on laisse. On ne fait pas les deux.
    La nuit, par exemple. Laisser dire la nuit. La lueur de la pierre et l’étoile.
    Laisser dire ce qu’on ne voit pas mais qu’on entend, si près qu’on l’a sur
         le bout de la langue.
    Quelque chose grignote les heures. On aurait cru l’inverse, mais non. On
         ferme les yeux. On laisse dire.
         

                                                                 *

    On laisse. La lumière pousse sous les yeux, la voix glisse entre les dents.
    Dehors, la beauté ressemble à une image. Mais c’est dedans qu’elle est
         cachée.
    Ce qu’on voit on l’écoute, mot à mot, l’inquiétude légère, la douleur,
    La montagne gonflée, rayée de vols, le temps qui vous regarde de ses
         pupilles vides.

                                                                  +

    On voudrait que ça ne cesse de parler. Comme des vagues, une à une,
    Qui déposeraient sur le silence tout ce qu’on n’a pas su dire, ces petits
         riens,
    Ce cri de la vie multiplié qu’on entend là- bas, ici, hier, demain, dehors,
         dedans,
    De partout et nulle part et qui vous traverse tellement que vous n’avez
         plus de bouche.

                                                                 *

    Laisser le jour, laisser la nuit. Laisser le temps, laisser le fil et le gravier,
    Ce qui s’approche qu’on ne voit ni n’entend. Une sorte de floraison invisible.
    C’est le printemps, dit une voix. Mais non. Ça n’a ni herbe ni fleurs. C’est
         à la fois
    Obscur et transparent. Un souffle sans air, un pas sans pied — va savoir.
     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    • VIENT DE PARAÎTRE

      Jacques Ancet 

      Quelque chose comme un cri

      tweets

      dessins de Danielle Desnoues

      Po&psy in extenso/Erès
       

       

      Dès le début, mes livres ont été traversés par un dialogue entre poème long et poème

      bref. Les fragments qui composent le présent recueil ont été écrits sous la contrainte

      non pas métrique ou formelle de mes tetes précédents, mais sous celle numérique

       (au  double sens) du tweet : 140 signes. Le haïku informatique est né voici quelques
       

       années de la mutation technologique que nous vivons, et qui n'a pas fini de porter

      ses fruits. Pour moi, il y avait là une autre manière de donner forme à ce qu’a toujours

      été mon écriture : la pratique du journal. Au sens où je n’ai cessé d’écrire le jour — le

      mystère du jour. »

       

                                                                                      *

       

      Tweet ! Tweet ! fait-il en réponse au pinson. Il ne voit rien, mais il entend. Dans l’arbre d’à

      côté, qu’est-ce qui s’éveille ?

                                                                                                                                                           27 mai 2012



      L’éveil dans le sommeil. Comme une image sans les mots. Les yeux ouverts, fermés. Ce qui

      finit, ce qui commence.

                                                                                                                                                                28 mai 2012




      Ce que tu regardes te regarde, tu le sais. Tout est réversible. Tout n’est qu’un seul et multiple

      regard.

                                                                                                                                                                     29 mai 2012



      J’ai perdu mon centre. Le jour tourne autour de son axe. Le centre est partout.

                                                                                                                                                                   30 mai 2012



      Midi, les doigts et les roses. Entre, un silence de voix. Au cadran, l’ombre arrêtée. Hors temps,

      dit-il — et en plein cœur.

                                                                                                                                                                          3 juin 2012



      Cherche bien. Mais quoi ? Ce que tu ne sais pas et qui, quand tu tournes le dos, te revient en

      pleine figure.

                                                                                                                                                                      7 juin 2012



      Laisse, laisse venir. Le jour casse. La lumière et le vent. Laisse. Laisse dire.

                                                                                                                                                                      7 juin 2012


      Le trou dans le visage. Ou la bouche. Ou le cri. Ce qui en sort — le sang, la nuit — on ne sait pas.

                                                                                                                                                                        7 juin 2012


      Tout se couvre : le ciel, le regard, la pensée, la mémoire. Quelque part, ce qui brûle. Mais où ?

      Comment savoir ?

                                                                                                                                                                          10 juin 2012



      Le nom ferme la bouche. La bouche crache le nom. Du nom à la bouche, ce qui parle. De la bouche

      au nom, ce qui se tait.

                                                                                                                                                                             12 juin 2012



      Dans l’embrasure, des feuilles bougent. Qu’as-tu perdu  qui te revient? Et qui n’a pas d’image.

                                                                                                                                                                             19 juin 2012



      La main tendue ne rencontre que le vide. Sur les doigts, ombre ou sang, peut-être. La paume brille.

                                                                                                                                                                               20 juin 2012

       
       
       

       

       



    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires