• Tag poèmes

    Résultats pour la recherche du tag poèmes :
  • ...densité conquise est, à mon sens, l'ouvrage le plus ambitieux publié à ce jour par Gaspard Hons. Participant à la fois du "livre d'heures" (certains poèmes ont la fraîcheur chromatique  et la charge symbolique d'enluminures médiévales) et de la composition de lieu  (délimitation  d'un...

    Lire la suite...

  • ...la poésie polonaise, j'ignorais jusqu'à son nom ? Le livre publié à l'occasion de ce Prix, Regio (1969) suivi d'un choix de poèmes (1957-2004), remarquablement traduit par Claude-Henry du Bord et Christophe Jezewski, est donc, pour moi, une véritable révélation dont je souhaiterais...

    Lire la suite...

  • ...illimité, de ce vide de formes que traverse une énergie, où tout s'abîme et s'engendre à la fois. " A cette double suite de poèmes où dialoguent passé et présent, ténèbres et éblouissement, morts et épiphanies, éternel et éphémère, répond, porté par la même tension, chaque...

    Lire la suite...

  • ...réussit de manière impressionnante avec son dernier livre : L'invention des bibliothèques . Cet ensemble de 81 poèmes répartis en trois sections de 27 chacune et encadré par deux textes de réflexion « Ce mythe appelé poésie... » et « Portrait d'un poète imaginaire », tout maîtrisé...

    Lire la suite...

  • ...Centre National du Livre Un ouvrage de 160 pages, au format 11X19 cm. Collection le dé bleu Choix de poèmes établi et présenté par Yves Charnet couverture : Alexandre Hollan « Un vide venu de nulle / part, qui souffle, qui traverse / les murs, les arbres, les corps ». C'est à ces...

    Lire la suite...

  • L'intouchable Israël ELIRAZ Août, à la limite des choses perdues (José Corti)     On ne voit pas le monde. On ne voit que du langage. Des mots, pas des choses. Cette description verbale qui nous tient lieu de regard, on l'appelle « réalité ». Mais la plénitude infinie,...

    Lire la suite...

  • Comme si de rien Il ne sait plus faire. Plus du tout. La montagne monte, flotte. Le train-train, la tache qui bouge sur l'œil, ne cache ni ne révèle rien. Il écoute, il regarde, il attend, il oublie                         10 juillet 2006 Quelque...

    Lire la suite...

  • Oublier l'heure O ù qu'on soit, c'est la même attente. Ce suspens d'après dîner entre une et deux, quand les choses n'ont pas encore perdu tout espoir d'imposer leur présence et découpent la lumière de leurs contours tranchants. Quant au corps...         - Oui ?     ...

    Lire la suite...

  • Jorge-Luis BORGES QUELQUES POEMES L'autre, le même, 1964 Spinoza Elles taillent les translucides mains Du juif, dans la pénombre, les cristaux. Le soir est peur et froid en son déclin. (Au soir qui vient chaque soir équivaut). Ses mains comme l'espace de jacinthe...

    Lire la suite...

  • 1   Le feu des pierres illuminait les racines aveugles   Une offrande de cris où se mêlaient des voix montait du rose des collines   L'ombre tremblait   Le silence portait toujours les cicatrices de la foudre   2   L'ombre au matin circulait sous les pierres blessées...

    Lire la suite...