• VIENT DE PARAÎTRE

     

     

     

     

     

     

     

    JACQUES ANCET

     

     

     

    Le jour commence (POÈMES I, 1966-1976)

     

     

     

    Editions TARABUSTE, collection REPRISES.

     

     

     

     

     


        Toujours, dans les poèmes, c’est le jour qui commence. Dans les premiers surtout. Ceux où, pour la première fois, s’est levée cette clarté. Parce qu’ils sont du langage à l’état naissant, le monde y apparaît comme on ne l’avait jamais vu. Non plus comme un spectacle mais comme cette lumière où les choses n’ont pas encore pris forme, où elles se cherchent, comme les premiers mots au bord du vide de ce qui les appelle.
        Oui, les poèmes sont du jour dans le langage. Comme s’il était soudain si usé qu’on voyait à travers. Et ce qu’on voit, on ne le comprend pas. C’est obscur ou éblouissant, ça guette ou ça remue, ça recule ou ça vient –– c’est là,  ça n’y est pas. Tout à la fois. Et c’est pourquoi on ne sait plus où on en est.
        Comme les cailloux du Petit Poucet, les poèmes ne sont qu'un peu de clair dans l'ombre de la forêt des jours. Pourtant, ils ne tracent pas comme eux un chemin vers le connu mais vers l'inconnu. Ils n'aident pas à se trouver mais à se perdre. A chaque fois ils ne sont qu'un passage: celui d'un souffle et sa buée de temps.  C'est pourquoi ils sont, à tous les sens du terme, irrémédiables.     
        Parus dans des éditions confidentielles, peu ou mal diffusées et depuis longtemps introuvables, les cinq ensembles ici réunis n'ont donc pas été réécrits mais réduits et réorganisés, quand la distance était trop grande entre le regard d’hier et celui d’aujourd’hui. Ce livre est leur première édition véritable.

     

     

    Sur la poudre des tuiles, l'oiseau s'ouvre
    et se ferme. Son cri perce le ciel.
    Du silence coule un visage obscur :
    gouttes lentes dans l'ombre du cyprès.

    Un visage ? Peut-être un souvenir,
    qui peut savoir ? Le temps s'est égaré
    dans la fumée des pierres qui s'effritent.
    Le vent a fui, brouillant toutes les pistes.

    Tout s'est figé en un profil sans âge.
    Contre les murs des songes jaunissants
    brûlent rongés d'insectes et de mouches.
    L'haleine frôle les lèvres. Plus rien.

    Seul ce visage aux yeux naissants, la terre
    nue, déchirée, la blessure des pailles,
    le jour muet où se crispent les choses,
    la source éteinte dans la main qui se serre.

     

     


    votre commentaire
  • VIENT DE PARAÎTRE

     

    JACQUES ANCET

    La lumière et les cendres

    milonga pour Juan Gelman

    édition bilingue : préface et traduction de Rodolfo Alonso

    Editions CARACTÈRES

     

     

    i



    c’est là devant on regarde
    la pièce vide le jour
    arrêté sur la fenêtre
    dans les yeux on voit venir
    ce qu’on a jamais pu croire
    on bat des cils on va dire
    mais comment dire on se tait

    es ahí enfrente uno mira
    la pieza desierta el día
    detenido en la ventana
    se ve venir en los ojos
    lo que jamás hemos creído
    pestañeamos al decir
    y cómo decir calla uno








    ii


    on attend on n’entend rien
    on voit passer la lumière
    plus loin là où les visages
    brillent des morceaux de neige
    restent suspendus aux branches
    goutte à goutte ils étincellent
    et s’évaporent on écoute

    nada se entiende uno espera
    se ve pasar a la luz
    más lejos donde los rostros
    brillan los copos de nieve
    quedan colgando en las ramas
    refulgen gota por gota y
    se evaporan uno escucha







    iii


    je compte sept disait-il
    car dans sept il y a un
    et encore un il montrait
    ses doigts écartés comptait
    puis les refermait le soir
    tombait on ne comprenait
    pas mais on comptait quand même

    yo cuento siete decía
    porque en siete hay uno
    y todavía uno mostraba
    sus dedos sueltos contaba
    los apretaba la noche
    caía no comprendíamos
    pero se contaba igual






    iv


    et maintenant maintenant
    quelle main va le conduire
    celle du jour se retire
    celle de la nuit s’avance
    mais ce n’est pas une main
    un trou peut-être une bouche
    noire qui dit maintenant

    y ahora ahora ahora
    qué mano va a conducirlo
    la del día se retira
    avanza la de la noche
    pero no es una mano
    un aujero acaso boca 
    negra que dice ahora





    v

    et c’est la nuit une porte
    se referme les visages
    sont tournés vers la lumière
    elle tombe on entrevoit
    ce qu’on ne voudrait pas voir
    des ombres fuient sur la vitre
    des mains quelque chose crie

    y es de noche una puerta
    se cierra los rostros se han
    dado vuelta hacia la luz
    ella cae se entrevé
    lo que ver no se quisiera
    sombras huyen sobre el vidrio
    y unas manos algo grita








    vi


    au bout au bout dit la voix
    au bout de quoi dit une autre
    de rien de rien dit la même
    pas de bout à rien dit l’autre
    c’est le rien qui est au bout
    c’est le bout qui est le rien
    les voix parlent et puis se taisent

    al fin al fin la voz dice
    al fin de qué dice otra
    de nada dice la misma
    no hay fin de nada dice otra
    la nada es lo que es al fin
    es el fin lo que es la nada
    las voces hablan se callan





    vii


    il vient et c’est le soleil
    il a des ombres filantes
    un scintillement de givre
    il a du noir une voix
    de solitude un voyage
    de visages il a des yeux
    qui le fixent il n’en a pas

    él llega y tenemos sol
    y con él caen las sombras
    un centelleo de escarcha
    tiene algo negro una voz
    de soledad un viaje
    de rostros él tiene ojos
    que lo fijan él no tiene

     

    ...


    votre commentaire
  • Vient de paraître

    Editions Polyglotte-C.I.C.C.A.T

    collection Paroles de Scène

    Au pied du mur

    pièce en deux actes et 24 tableaux


    ACTE I

    Tableau 1

        Un mur qui traverse tout l’espace de la scène. Deux hommes entrent et s’arrêtent au pied : l’un petit, jeans, chemise, blouson. L’autre plus grand, couvert d’une longue parka.

        Le Petit — Tu crois qu’on voit quelque chose ?
        Le Grand — J’en sais rien.
        Le Petit  — On peut toujours essayer.
        Le Grand — Si tu veux
        Le Petit  — Aide-moi.
        Le Grand — Oh hisse ! (Le Petit monte sur ses épaules). Alors, tu vois ?
        Le Petit — Oui.
        Le Grand — Et qu’est-ce que tu vois ?
        Le Petit —  Rien.
        Le Grand —  Comment ça rien ?
        Le Petit —  Rien, du vide.
        Le Grand —  Alors c’est qu’on est très haut ?
        Le Petit — Non, parce qu’on voit le sol, juste là en bas, de l’autre côté.
        Le Grand — Alors on voit quelque chose.
        Le Petit —  Si tu veux, mais c’est rien.
        Le Grand —  Tu dis n’importe quoi.
        Le Petit —  Non, il y a bien la terre, mais c’est comme si elle se perdait dans la brume. Ou dans le vide.
        Le Grand — Alors ça sert à rien de regarder. Descends. (Il redescend).
        Le Petit —  C’est bizarre.
        Le Grand —  Qu’est-ce qui est bizarre ?
        Le Petit —  On voit rien mais c’est comme si on voyait tout. Comme si on voyait le ciel partout, mais c’est pas vraiment le ciel.
        Le Grand —  Quoi alors?
        Le Petit —  Un espace transparent. On pourrait marcher et, très vite, on serait plus là.
        Le Grand — Tu parles d’un programme. Regarde donc ailleurs. Là, par exemple. Tu tournes le dos au mur et au moins tu vois quelque chose : des rues, des arbres, des fenêtres, des voitures, des passants. Comme je dis toujours : faut pas être trop curieux. On voit ce qu’on voit et basta.
        Le Petit — Ou ce qu’on voit pas.
    Le Grand —  Ce qu’on voit pas ?
        Le Petit — Ce que tu vois, tu es vraiment sûr que tu le vois ? Tu dis « maison », « nuages » et tu les vois. Mais c’est parce que tu leur donnes un nom. Sinon qu’est-ce que tu verrais ?
        Le Grand —  La même chose !
        Le Petit — Que tu crois ! Mais réfléchis un peu. Si « nuages » et « maison » n’existaient pas, tu verrais quelque chose et quelque chose, mais plus des nuages ou une maison.
        Le Grand—  Arrête ! Tu me fatigues
        Le Petit—  Qu’est-ce qu’on fait ?
        Le Grand—  On va boire un coup ?
        Le Petit—  D’accord.
        Ils s’éloignent. Silence. Troublé par des cris, des rires, des bruits de voix. Une bande de gamins apparaît. Ils s’arrêtent, lèvent la tête, regardent le haut du mur. Ils essaient de grimper, sautent sans succès. L’un d’eux donne de grands coups de pied avec hargne. Les autres s’en vont. Il s’acharne encore un moment puis les suit en courant.
       

    Tableau 2

        Début d’après-midi. Retour du Petit et du Grand.

        Le Petit — Je regarderais bien encore un coup.
        Le Grand — Pour ce qu’il y a à voir...
        Le Petit —  On sait jamais.
        Le Grand —  Tu parles !
        Le Petit —  Rien qu’un petit coup.
        Le Grand —  Pas longtemps alors.
        Le Petit —  Promis. (Il grimpe sur les épaules du Grand)
        Le Grand —  Aïe ! Tu me fais mal ! Alors, toujours rien ?
        Le Petit — Si ! Un arbre !
        Le Grand — Un arbre ?
        Le Petit — Oui, un arbre.
        Le Grand — Quel arbre ?
        Le Petit — Grand, mais je sais pas le nom.
        Le Grand — Et puis?
        Le Petit — Et puis c’est beau. Une sorte d’énorme explosion de branches et de feuilles. Les yeux se perdent. Comme dans un labyrinthe. On aimerait bien les suivre.
        Le Grand — Et qu’est-ce qu’on y ferait ?
        Le Petit — Rien. On resterait là à regarder dessous les gens qui ne nous verraient pas. Ou dessus, les vols des oiseaux avec leurs froissements d’ailes et leurs cris. Et puis, plus loin, le ciel comme du fond d’une grotte.
        Le Grand — Et autour, qu’est-ce que tu vois ?
        Le Petit — Pas grand chose. De l’herbe. Derrière les feuilles quelque chose, mais je sais pas dire quoi : un mur ou un rocher. C’est blanc, un peu beige. Ça pourrait être aussi une vache, mais ça bouge pas.
         Le Grand — T’es lourd.
        Le Petit — Oui, je descends.
        Le Grand — Ouf !
        Le Petit — C’est beau.
        Le Grand — Qu’est-ce qui est beau ?
        Le Petit — L’arbre.
        Le Grand — Les arbres, y en a partout.
        Le Petit — Oui, mais c’est pas pareil. Là c’est comme la première fois. Comme si t’en avais jamais vu. C’est quelque chose qui pousse — qui te pousse. Tu peux pas résister. Tu cherches un nom. Mais y en a pas encore.
        Le Grand — Qu’est-ce que tu racontes ?
        Le petit — J’en sais rien. Je parle. L’arbre me fait parler. Des mots, des phrases, confondus, mélangés. On s’y perd. On bafouille.
        Le Grand—  Pour ça oui. Allez, on y va ?
        Le Petit—  On y va.

        Ils disparaissent sur la droite. Silence à nouveau. Le jour tombe. C’est bientôt la nuit. Entre un ivrogne qui trébuche, s’arrête en maugréant, vacille et pisse contre le mur. Noir. Le mur luit d’une légère phosphorescence.


    votre commentaire
  • Vient de paraître

    JORGE BOCCANERA

    LÈVRES AUX BRANCHES CASSÉES ET AUTRES POÈMES

    traduit par Jacques Ancet et Jean Portante

    Al Manar 

     

     


    Jorge Boccanera est né à Bahía Blanca (Argentine) en 1952. Poète, homme de théâtre, essayiste, il est l’auteur d’une vingtaine de livres, qui lui ont valu de nombreux prix comme, entre autres,  le prestigieux prix Casa de las Américas (Cuba, 1976) pour son second livre, le le Prix Internacional « Camaiore » (Italie, 2008), le Prix Casa de América de España (Madrid, 2008) et récemment les non moins prestigieux Grand Prix d’Honneur Fondation Argentine pour la Poésie (Buenos Aires, 2012) et Prix international de Poésie Ramón Velarde, (México, 2012)..
        Beaucoup de poèmes font tout ce qu’ils peuvent pour ressembler à des poèmes. Ceux de Boccanera, inscrits dans une lignée qui va de Neruda à Gelman en passant par Vallejo, font tout ce qu’ils peuvent pour ressembler à la vie. Une vie marquée par la violence de l’histoire (d’où son exil de 1976 à 1984 du début de la dictature aux débuts de la démocratie revenue) mais aussi par la fraternité, l’humour, le sarcasme, la solitude, l’érotisme et la tendresse, qui donnent à cette poésie son intensité et sa force de langage.
        Quand on demande à Jorge Boccanera ce qu’est pour lui la poésie, voici ce qu’il répond : « La poésie possède pour moi le souffle du voyage ; l’imprévisible, l’aventure, la liberté qui s’élargit à chaque nouveau chemin ; le halètement de la navigation qui entre dans des lieux inconnus. C’est, alors, cette ‘autre terre’ savourée, pressentie, à peine entrevue dans les yeux du voyageur. Et c’est le reportage le plus à fond qui se puisse faire sur la réalité, avec quelques pauvres mots flottant sur les immenses eaux du silence. Dialogue d’essences, de correspondances souterraines, la poésie recherche toujours le poids de l’intensité ».

     

     

    MONOLOGUE DU STUPIDE

    Qui écrit ? La faim. La voracité fouille,
    agite un épouvantail aux yeux vides. Il n’y a pas de lettres,
    il y a des coups de dents. Ce qui repousse et mord.
    Férocité d’écrire : chaque touche un moignon, un clou
    qui raye la cuisse du silence.
    Qui répond ? Une voix rouillée. Pointe
    d’un cœur ébréché qui fond sur sa proie
    respirant des questions.

    Ça se mange. Gloutonnerie du vide.


    HORLOGE

    Immobile, immuable,
    sédentaire,
    je fixe le cadrant
    atone
    et statique.

    Chez elle aussi
    la procession passe au-dedans.


    DU CAHIER DE L’IMPATIENT

    L’arbre de l’Après pousse chez toi.
    Ce n’est pas n’importe quel arbre, on n’en connaît pas le fruit.
    (Il va donner de l’ombre. Après)
    Ses racines peuvent soulever le plancher des
    chambres où tu dors.
    (Il va donner des fleurs. Après)
    Ses branches entrent déjà par ta fenêtre.
    (Il va embaumer. Après)

    Il faut le couper. Maintenant !


    LES YEUX DE NAZIM HIKMET PARLENT

    Sur ma main
    la moitié d’une orange brille.
    L’autre moitié est sur une table à des milliers de
    kilomètres d’ici.
    Impossible de mordre cette moitié
    sans qu’il fasse mal le vide.


    votre commentaire
  • VIENT DE PARAÎTRE

    Antonio Porchia

    VOIX RÉUNIES

    Po&psy/Erès, coll. "in extenso"

     


    Voici réunies, pour la première fois en édition française intégrale, les Voix d'Antonio Porchia, cette œuvre exceptionnelle d'un "écrivain secret", au parcours éditorial atypique, dont Roger Caillois, son premier traducteur, a dit, lorsqu'il l'a découverte en Argentine dans les années 1940 : J'échangerais contre ces lignes tout ce que j'ai écrit.

    Ni aphorismes ni hallucinations ou visions mystiques, ces phrases donnent à entendre l’échange incessant qu’entretient avec lui-même un être "en disponibilité de penser" – "un homme solitaire, lucide et conscient du singulier mystère de chaque instant", comme le décrivait Borges.

    Et Roberto Juarroz : "Je crois que Porchia est sur la ligne fondamentale où se rejoignent la pensée et l'image, la poésie et la philosophie, dont la séparation artificielle constitue peut-être un de nos plus grands lests."

    Traduites de l'espagnol (Argentine) par Danièle Faugeras.

     

                                         po&psy / collection dirigée par Danièle Faugeras et Pascale Janot.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique