• VIENT DE PARAÎTRE

    Jacques Ancet 

    Zone franche

    Poèmes II
    1974-1980
     
    Tarabuste
     
     
     
    lisière


    ce qui commence n'a
    pas de nom
    ce qui bouge
    un peu de sang
    qui brille dans l'obscur
    des lèvres peut-être
    des feuilles une
    main dessinant
    la page noire encore





    ce qui parle n'a
    pas non plus de voix
    crissement sous la pierre
    grincement sous l'écorce
    des lèvres cherchent
    à le dire haleine
    flottant un instant dispersé
    par le vent par
    le temps sans visage
    ce qui parle n'a
    pas de mots
    seule une trace claire
    sur l'ombre de la page





    traçant un chemin
    vers ce qui est sans nom
    signes obscurs et
    mouvements du corps

    écoutant
               guettant
                 éclat
    jeté contre la vitre noire

    brisant
               l'un après
    l'autre chaque
                 mot
    pour commencer
                  le jour



    à la pointe du jour
    veille l'éclair du sang
    le silence n'est plus noir
    les mots cherchent l'issue
    lampe ou miroir?



    si proche le soleil


    un cri traverse le silence


    la main touche son ombre


    le corps parle jaune

     

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :