• VIENT DE PARAÎTRE

    Jacques Ancet

    Petite suite pour jours obscurs

    peintures de Guy Calamusa

    Edtions Les Arêtes

     

    Affichage de affiche Petite suite pour jours obscurs.jpg en cours...

     

    Le pied bouge, le jour baisse.
    Le temps est comme un peu d’eau
    sur les doigts. Tu ne vois plus
    que ce qui s’en va — ou vient.
    Entre, il n’y a plus qu’un cri.


    *

    Sans savoir, tu continues.

    Mais pour t’arrêter très vite.
    Devant, les choses se ferment,
    derrière tu les vois s’ouvrir.
    Plus tu vas, plus tu recules.

    *

    Tu arrives à une porte.
    Derrière, un bruit de voix sourdes.
    Une affiche vous indique :
    présentez-vous à l’accueil.
    Le couloir est sans issue.


    *
    Les mots m’aveuglent, dit-il.
    J’entre dans ce que j’ignore.
    Et cependant rien ne bouge
    ni les doigts, ni la lumière
    ni le sang contre le mur.


    *

    Tu ne sais pas comment dire
    mais quand même tu dis, tu
    poses ce mot, et cet autre,
    ciseaux, par exemple, ou pluie,
    et c’est la vie qui te dit.


  • Commentaires

    1
    ROSEMARI
    Vendredi 31 Mars à 22:23

    BONSOIR

    Très touchée par la lecture entendue aux Arêtes, ce soir .

    C'est une découverte __l'entrée dans une ignorance féconde___

    merci à vous

    rosemari

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :